Formations subventionnées en bretagne dans les métiers de la sécurité privée

Le Centre Canin de Cast recrute 16 stagiaires pour des formations subventionnées et rémunérées par le conseil régional de Bretagne dans les métiers de la Sécurité Privée sur des titres professionnels : Agent cynophile de sécurité en Intervention, Agent de prévention en évènementiel palpation de sécurité et SSIAP 1 trois certifications ( diplômes donnant cartes professionnelles) . Télécharger le livret d'information du centre

News Sécurité. Avec la crème de l’éducation canine

Sécurité. Avec la crème de l’éducation canine

damien-marrecLe centre canin de Cast délivre formations et diplômes dans les métiers de sécurité, notamment d’agents cynophiles, depuis 1992. Dirigé par Luc Hénaff, l’établissement proposait une journée portes ouvertes et des tests de présélection, fin septembre. Plus d’un tiers de femmes ont postulé.

La fin septembre avait toutes les allures d’une huitaine de rentrée au centre canin de Cast. Au bord de la D107, l’établissement délivre des formations et des diplômes pour les différents métiers de conducteur de chien. « Souvent dans le domaine de la sécurité mais il y a aussi une branche dans le service de prévention des incendies », détaille Luc Hénaff, créateur, directeur et formateur du centre depuis 1987. Il gère l’établissement avec sa femme, pour la partie administrative, et deux formateurs à temps plein. « On a aussi des intervenants qui viennent ponctuellement ».

Luc Hénaff recevait mardi 25 septembre, à l’occasion d’une mini-journée portes ouvertes, une trentaine de personnes inscrites à Pôle emploi ou à la mission locale. Plus d’un tiers est des femmes. Une tendance qui s’est confirmé lors des tests de présélection, deux jours plus tard. « C’est un chiffre stable. Dans la sécurité, on recherche beaucoup de femmes car il y a des gestes qu’elles seules peuvent effectuer ». Comme la fouille aux abords des stades ou des festivals.

Un écrin adapté Le site de Cast, dès son ouverture, a été aménagé en conséquence. Sur un hectare et demi se répartissent plusieurs bâtiments. Dans l’un d’eux, un poste sécurité fidèlement reconstitué. Alarmes, vidéosurveillance, planning des rondes : rien ne manque. Dans un autre, plus proche du parking, c’est un poste incendie. Entre les salles de cours, de pause et les annexes pédagogiques, les élèves ont tout l’espace nécessaire pour la théorie, mais aussi la pratique avec le chien. « On suit scrupuleusement les normes du ministère de l’Intérieur, précise le directeur. Il n’est pas rare qu’on soit inspecté ».

Ainsi, mardi, dans la salle de cours, Luc Hénaff, diapo à l’appui, est revenu pendant une heure sur les tenants et aboutissants de la formation qui permet d’obtenir plusieurs diplômes : conducteur de chien et sécurité incendie assistance à personne (Siap). Avec un tronc commun : la formation pour devenir agent de sécurité, premier diplôme nécessaire avant la spécialisation de « conducteur de chien ». Il existe également des passerelles pour être toiletteurs ou éducateur canin. « Les 315 ou 490 heures d’enseignement pratique et théorique, selon le diplôme, sont entrecoupées de stages en entreprise ». Il y en a environ deux par an, subventionnées et rémunérées par la Région.

ronan-kerneis-clicker-au-poignet-et-un-intervenant 4215941 540x269p

Chacune d’entre elle intègre une douzaine d’élèves. La sélection, à l’entrée, est importante. Les candidats sont priés de se présenter avec leur chien. « Lors de l’examen, on juge aussi l’animal, livre Luc Hénaff. S’il est trop peureux ou agressif, ça ne fera pas l’affaire. Même si le maître remplit tous les critères ». Il doit faire partie d’une race soumise au travail et ne pourra avoir moins de 18 mois au moment de l’examen final. Mais il ne doit pas être trop vieux non plus. Un chien termine sa carrière vers huit ans. Le moment de prendre une retraite, pour lui aussi, bien méritée…

Source Le Télégramme